Jacques Élisée Reclus naît le 15 mars 1830 à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) et grandit en Aquitaine où son père est pasteur. Sa fratrie compte quatorze enfants survivants, parmi lesquels Élie (1827-1904), ethnologue et anarchiste, dont il sera toute sa vie très proche. Son père le destine à devenir pasteur et l’envoie en Prusse, dans un collège tenu par les frères moraves où il rejoint Élie. Les deux frères s’enfuient en 1844. Élisée poursuit ses études à Sainte-Foy-la-Grande, puis à la faculté théologique protestante de Montauban. Mais les deux frères fuguent à nouveau et sont exclus de l’institution.

 

Élisée Reclus part pour Berlin où il suit les cours du géographe allemand Carl Ritter, un des fondateurs de la géographie moderne, qui exerce une profonde influence sur lui. Revenu en France à l’automne de 1851, il est contraint, avec Élie, du fait de leurs positions politiques, de quitter le pays après le coup d’État du 2 décembre 1851. Élisée Reclus voyage à Londres puis en Irlande, avant d’arriver en Louisiane en 1853. Il devient précepteur dans une famille de planteurs d’origine française, mais ne supporte pas l’esclavage et reprend la mer. Il débarque à la Nouvelle-Grenade où il  fonde une exploitation agricole.

 

Par l’écriture, Élisée Reclus ambitionne d’être géographe en dehors des institutions étatiques, de s’adresser à tous grâce à une langue commune capable de défendre une vision libertaire du monde, de rendre visible à l’imagination la surface du globe et d’en suggérer la beauté par celle du style. Être écrivain est d’abord pour Élisée Reclus le moyen de vivre de la géographie en marge de l’institutionnalisation universitaire de la discipline. Pendant quarante-cinq ans, l’essentiel de ses revenus provient des droits d’auteurs versés par la maison Hachette. Il y publie récits de voyage (1860-1874) et guides touristiques (1860-1870), participe à des dictionnaires (1864-1905), donne surtout son encyclopédique Nouvelle Géographie universelle qui lui assure une rémunération régulière de 1872 à 1905. Reclus n’est pas pour autant partisan du droit de propriété intellectuelle : les plagiats, les emprunts et les traductions sauvages de son œuvre participent à la circulation du savoir, avec son approbation anarchiste-communiste. Dans L’Évolution, la révolution et l’idéal anarchique (1898), le géographe estime que « le savant a son immense utilité comme carrier : il extrait les matériaux, mais ce n’est pas lui qui les emploie, c’est au peuple, à l’ensemble des hommes associés qu’il appartient d’élever l’édifice ».

 

Il produit une abondante oeuvre littéraire et scientifique, tout en poursuivant ses activités politiques. Ses ouvrages majeurs sont L'Homme et la Terre et Géographie Universelle. On le considère comme le plus grand géographe de son temps, et comme un précurseur de l'écologie, d'une grande modernité dans son mode de vie anti-conformiste. Reclus croyait en l’existence possible d’une société universelle, juste, où chaque individu serait respecté et saurait respecter autrui une fois que les hommes se seraient débarrassés des oppresseurs, des accapareurs, entre autres de l’État, source de puissance et de pouvoirs, donc de domination.

 

Mais ce qui nous rapproche d’Élisée Reclus, c’est la volonté de décrypter le monde avec honnêteté, de ne pas masquer, dans la mesure où l’on en est conscient, ce qui ne nous plaît pas.



Elisée Reclus au centre de l'Exposition universelle de 2025

Si la ville de Paris est sélectionnée pour l’Exposition Universelle de 2025,  c'est un énorme globe-monde connecté à l’échelle planétaire qui serait à priori installé sur le plateau de Saclay, au sein du Village Global.

 

Le comité ExpoFrance2025 a puisé son idée directement du rêve un peu fou du géographe, libertaire et communard Élisée Reclus. Celui-ci avait dessiné pour l’Exposition universelle de 1900 une sphère géante qui reproduirait fidèlement notre monde, réduit à l’échelle 1/100 000, incluant une hélice interne afin de pouvoir pénétrer au cœur des mystères de la terre.

 

Le projet avait été abandonné à l’époque faute de moyens mais a été retenu par la France pour l’Exposition universelle de 2025 ! Cette sphère géante mesurerait 200 mètres de haut, 60 mètres de large et 127 mètres de diamètre et serait entièrement animée.  Et si ce rêve d’hier pouvait, à l’heure des nouvelles technologies, offrir à la prochaine exposition universelle son monument emblématique, comme l’a été la tour Eiffel en 1889.


Le festival des Reclusiennes est organisé par l'Association Cœur de Bastide

                    contact@coeurdebastide.fr      www.coeurdebastide.fr

 

44 rue Alsace Lorraine

33220 SAINTE-FOY-LA-GRANDE France

 


Ville de Sainte-Foy-la-Grande